Nickel, fleuron de la fintech française Pas de notes.

Nickel

bnp-et-le-compte-nickelLe compte Nickel, l’offre compte sans banque révolutionnaire proposée par la start-up française a célébré en septembre dernier son millionième client. Le succès du compte sans banque 100 % made in France repose sur une offre accessible à tous. Compte nickel propose une transparence totale sur les prix pratiqués et bannit le découvert bancaire. Rebaptisé Nickel suite à son rachat par la BNP Paribas, la FinTech est l’une des rares jeunes pousses avoir toujours communiqué ses résultats.

C’est donc une licorne parmi les licornes, puisque lancée seulement en 2014, celle-ci a été rentable dès le mois d’août 2017. Tandis que l’année 2018 se terminera probablement par un exercice comptable dans le vert. Pour comprendre les recettes du succès du compte Nickel, il faut se pencher sur des coûts d’acquisition faible, une offre simplifiée au maximum n’incluant ni épargne ni crédit avec un tarif clairement affiché. Un modèle totalement opposé à celui des banques de détail qui repose sur un modèle de vente croisée ou le crédit bon marché est un produit d’appel permettant de placer d’autres produits bien plus rentables pour la banque.

Les raisons du succès de Nickel

Le succès de Nickel repose aussi sur une capacité réelle à augmenter ses volumes tout en parvenant à augmenter les capacités de son service client. La stratégie reposant sur une distribution de ces produits à travers les bureaux de tabac plus de 3800 en septembre 2018, a donc été payante. La banque de la rue d’Antin, la BNP Paribas ne s’est pas trompée en investissant 200 millions d’euros pour acquérir la licorne Française. Aussi surprenant que cela puisse paraître BNP Paribas qui est la plus grande banque de la zone euro en termes d’actifs. Compte dans l’Hexagone quatre fois moins de clients particuliers que les banques mutualistes du crédit agricole ou de BPCE, comptant chacune plus de 20 millions de clients particuliers.

L’acquisition de Nickel par BNP Paribas s’inscrit dans sa volonté de renforcer son réseau de distribution. Notamment en s’appuyant sur les bureaux de tabac en le faisant passer à 10 000 points de vente à l’horizon 2020. Une véritable aubaine pour la BNP Paribas, puisqu’elle pourra désormais proposer des services de paiement aux buralistes, au-delà des seuls besoins liés à Nickel. En effet chaque année les buralistes traitent des dizaines de milliards d’euros de paiement issus de la vente de cigarettes, de jeux à gratter, de timbres fiscaux, etc.

Nickel le compte sans banque pour tout le monde

nickel-BNP Paribas Jean-Laurent BonnaféS’il est vrai que le passage de Nickel sous le pavillon de la banque d’un monde qui change pouvait dénaturer l’offre de la start-up. D’une part parce que l’offre Nickel est avant tout destiné à une population ayant des difficultés financières, voire frappées d’un interdit bancaire. L’offre de la FinTech a réussi le tour de force de séduire une clientèle bien plus large, en effet de nombreux clients utilisent leur compte Nickel pour régler leurs achats en ligne, d’autres l’utilisent pour la gestion de l’argent de poche de leurs enfants. La BNP Paribas a donc logiquement reprécisé son discours en expliquant que le compte Nickel n’est ni pour les riches ni pour les pauvres, mais que c’est un compte sans banque pour tout le monde.

Désormais, après avoir consolidé son succès dans l’Hexagone, Nickel vise désormais le marché international, même si le modèle sera difficile à exporter. Notamment, la diffusion via les bureaux de tabac. Dès lors pour réussir son internationalisation, le compte Nickel devra identifier le bon réseau de distribution. Le patron de BNP Paribas Jean-Laurent Bonnafé a donné quelques pistes lors d’un entretien, sur les marchés sur lesquels pourrait être tenté cette expérience. Il s’agit notamment des marchés domestiques de la BNP Paribas, à savoir le Luxembourg, l’Italie ou encore la Belgique ou l’Allemagne.

Consulter le comparatif des cartes bancaires prépayées et néo banques.

Donnez une note

Leave a Reply